Sexe et non pas genre - abandonnez le projet de loi sur la violence sexiste

Non à l'idéologie du genre

 

Sexe et non pas genre - abandonnez le projet de loi sur la violence sexiste

Sexe et non pas genre - abandonnez le projet de loi sur la violence sexiste

0100.000
  68.704
 
68.704 haben unterzeichnet. Lassen Sie uns 100.000 erreichen!

Le 9 décembre, le Conseil européen, l’un des deux organes décisionnels centraux de l’Europe, veut introduire une directive visant à prévenir la violence fondée sur le sexe. La proposition ne vise pas à protéger les filles et femmes, ce dont tout le monde convient. C’est bien plus dangereux et pervers.

Nous sommes confrontés à une tentative cachée de l’UE de consacrer juridiquement le concept d’idéologie du genre dans tous les États membres. 

La proposition vise à inclure la violence contre la communauté LGBTQ+ dans le même panier que la violence contre les femmes et les filles. Elle étend également la définition du crime violent à la cyber-violence. Nous savons ce que cela signifie :

Le simple fait d’oser dire la vérité sur les hommes et les femmes sur Internet sera considéré comme une violence contre la communauté LGBTQ !

Ensemble, nous pouvons faire en sorte que cela n’arrive pas.

Si l’UE voulait vraiment protéger les femmes et les filles, elle n’utiliserait pas le langage du genre et n’inclurait pas la communauté LGBTQ+.

Bien sûr, la violence contre les personnes LGBTQ+ doit être condamnée, tout comme la violence à l’encontre de toute personne en raison de son statut social, religieux ou culturel.

Mais cette proposition cache une intention extrêmement préjudiciable qui nous affecte, vous et moi, ainsi que tous ceux qui osent exprimer leurs opinions librement.

Dans un monde où les guerriers de la justice sociale prétendent que les mots sont une « violence littérale » et qualifient même des femmes de gauche comme J.K. Rowling de « cyberterroriste » ; cette proposition anéantirait la liberté d’expression et signifierait que quiconque critiquerait une personne transgenre en ligne se verrait accusé de cyber-violence fondée sur le sexe.

Je ne peux pas décrire à quel point notre militante au Royaume-Uni, Caroline Farrow, a été traumatisée lorsqu’elle a été arrêtée chez elle, alors qu’elle préparait le dîner devant ses enfants, parce que certains de ses commentaires sur Twitter avaient contrarié un activiste transgenre. Si cette proposition devient une directive européenne contraignante, des cas comme celui de Caroline seront monnaie courante.

Signez maintenant pour dire à Emmanuel Macron de NE PAS approuver cette proposition fallacieuse contre la violence sexiste. 

0100.000
  68.704
 
68.704 haben unterzeichnet. Lassen Sie uns 100.000 erreichen!

Unterzeichnung abschließen

Unterzeichnen Sie jetzt die Petition

 
Please enter your email
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your country
PLZ
Bitte wählen Sie eine Option:
We process your information in accordance with our Privacy Policy and Terms of Service

La proposition sur la violence sexiste portera préjudice aux femmes

Monsieur le Président, 

 Je vous fais part de mon inquiétude quant à la proposition du Conseil européen d’adopter une initiative sur la violence fondée sur le genre.

 Si nous sommes tous d’accord pour dire que la violence à l’égard des femmes doit être éradiquée, la nouvelle proposition fera disparaître la reconnaissance de la violence spécifique à l’égard des femmes et des filles en incluant les membres de la communauté LGBTQ, dont beaucoup sont des hommes.

La proposition tente de consacrer la théorie du genre dans tous les États membres, permettant aux individus d’être définis par le concept spécieux de l’identité de genre autodéfinie au lieu du sexe biologique.

La proposition s’inquiète particulièrement du fait que les notions politiques de genre devraient être incluses dans les mesures visant à prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles.

 Ce sont les femmes et les filles qui souffrent le plus de la théorie du genre qui permet aux hommes identifiés comme transgenres d’être acceptés comme des femmes. Cela signifie que les hommes peuvent être admis dans des espaces non mixtes tels que les refuges, les abris, les vestiaires et les toilettes qui compromettent la sécurité, la dignité et l’intimité des femmes.

Dans le cadre de cette proposition, les femmes qui s’élèvent contre la théorie du genre ou qui font campagne pour des espaces non mixtes pourraient également être criminalisées pour cyberviolence et même se voir retirer leurs enfants dans le cadre de litiges concernant leur garde.

 Je vous prie de bien  vouloir rejeter la proposition du conseil européen

[Ihr Name]

La proposition sur la violence sexiste portera préjudice aux femmes

Monsieur le Président, 

 Je vous fais part de mon inquiétude quant à la proposition du Conseil européen d’adopter une initiative sur la violence fondée sur le genre.

 Si nous sommes tous d’accord pour dire que la violence à l’égard des femmes doit être éradiquée, la nouvelle proposition fera disparaître la reconnaissance de la violence spécifique à l’égard des femmes et des filles en incluant les membres de la communauté LGBTQ, dont beaucoup sont des hommes.

La proposition tente de consacrer la théorie du genre dans tous les États membres, permettant aux individus d’être définis par le concept spécieux de l’identité de genre autodéfinie au lieu du sexe biologique.

La proposition s’inquiète particulièrement du fait que les notions politiques de genre devraient être incluses dans les mesures visant à prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles.

 Ce sont les femmes et les filles qui souffrent le plus de la théorie du genre qui permet aux hommes identifiés comme transgenres d’être acceptés comme des femmes. Cela signifie que les hommes peuvent être admis dans des espaces non mixtes tels que les refuges, les abris, les vestiaires et les toilettes qui compromettent la sécurité, la dignité et l’intimité des femmes.

Dans le cadre de cette proposition, les femmes qui s’élèvent contre la théorie du genre ou qui font campagne pour des espaces non mixtes pourraient également être criminalisées pour cyberviolence et même se voir retirer leurs enfants dans le cadre de litiges concernant leur garde.

 Je vous prie de bien  vouloir rejeter la proposition du conseil européen

[Ihr Name]