URGENT : La France… La Pologne et la Hongrie soutiennent l’avortement à l’ONU.

Petíció

 

URGENT : La France… La Pologne et la Hongrie soutiennent l’avortement à l’ONU.

URGENT : La France… La Pologne et la Hongrie soutiennent l’avortement à l’ONU.

0200,000
  137,777
 
137,777 have signed. Let's get to 200,000!

L’Union européenne et l’administration Biden font pression sur l’Assemblée générale des Nations unies pour que l’avortement devienne une loi internationale. 

Bien que de nombreux pays protestent, le président japonais refuse de discuter.

 En l’état actuel, tous les pays de l’UE, y compris la Hongrie et la Pologne voteront pour la résolution pro-avortement le 2 septembre ! Résolution acquise à l’idéologie LGBT

Veuillez rejoindre cette pétition urgente. Ensemble, nous demandons au gouvernement hongrois et à la délégation hongroise auprès de l’ONU de voter contre la résolution !

Je vous demande de signer une pétition urgente à propos d'un vote le 2 septembre.

L’Assemblée générale des Nations Unies votera une résolution qui pourrait constituer une étape importante vers l’acceptation internationale de l’avortement en tant que droit humain.

L’Assemblée générale des Nations Unies doit adopter une résolution sur le droit à la justice pour les survivants de violences sexuelles le 2 septembre 2022. La disposition relative à l’accès à l’avortement dit « sûr » dans le monde figure dans le texte de cette résolution.

La résolution déclare que « l’accès à l’avortement sans risque » est une politique que les gouvernements devraient poursuivre « pour promouvoir et protéger les droits humains et la santé sexuelle et reproductive de toutes les femmes ».

Actuellement, la Hongrie et la Pologne, favorables à la famille, figurent également parmi les partisans de la décision !

Rejoignez-moi et aidez-moi à convaincre les membres du gouvernement hongrois et polonais de ne plus soutenir la résolution et de voter contre l’inclusion de l’avortement dans la résolution. 

La résolution marquerait une victoire majeure pour le soi-disant « droit à l’avortement » après des années de stagnation dans les débats de l’ONU, et donnerait aux agences de l’ONU un mandat clair pour pousser l’avortement encore plus fort avec des ressources et des outils politiques.

L’application du langage pro-avortement est devenue une priorité absolue pour les pays occidentaux progressistes, y compris les superpuissances de l’Union européenne et l’administration Biden.

Il est également important de noter que le terme « avortement sans risque » a été rejeté par les États membres dans plusieurs autres négociations de résolution au cours de la dernière décennie.

Il y a encore des pays dans le monde qui savent et admettent que l’avortement sans risque n’existe pas. Dans chaque avortement, un être humain innocent et en développement est tué. Aucun avortement n’est sûr pour lui. En outre, chaque avortement a de graves conséquences psychologiques, ainsi que de nombreux risques pour la santé de la mère.

À l’Assemblée générale, ce terme n’est apparu jusqu’à présent que dans la résolution biennale sur la violence à l’égard des femmes, soutenue par la France et les Pays-Bas. Malheureusement, nous sommes à la pointe du combat, avec les Pays-Bas pour une reconnaissance du droit international à l’avortement.

Promouvoir l’accès à l’avortement en tant que droit de l’homme remettrait en cause le consensus de l’Assemblée générale, établi lors de la Conférence internationale sur la population et le développement au Caire en 1994, selon lequel l’avortement doit être décidé dans le cadre de la législation nationale sans interférence extérieure. Et les gouvernements devraient aider les femmes à éviter l’avortement et assurer le bien-être des mères et de leurs enfants avant et après la naissance.

Par l’intermédiaire des agences des Nations unies, les pays occidentaux avancés tentent depuis près de trois décennies d’ignorer et de contourner ces principes fondamentaux énoncés lors de la conférence du Caire.

Les agences des Nations unies promeuvent régulièrement l’avortement sous la bannière de la « santé et des droits reproductifs », en particulier l’Organisation mondiale de la santé, le Fonds des Nations unies pour la population et l’Agence des Nations unies pour les femmes. Jusqu’à présent, elles l’ont fait en grande partie de leur propre initiative, sans l’autorisation de l’assemblée générale.

Les délégations pro-famille se sont non seulement opposées à la formulation de l’avortement dans la résolution, mais ont également exprimé leur inquiétude quant à des termes tels que « violence fondée sur le genre ». En effet, ce terme est interprété aux Nations unies comme incluant « l’orientation sexuelle et l’identité de genre », et il est donc souvent utilisé pour promouvoir les aspirations des organisations LGBTQ.



0200,000
  137,777
 
137,777 have signed. Let's get to 200,000!

Complete your signature

Sign this petition now!

 
Please enter your email
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your country
Please enter your zip code
Please select an option:
We process your information in accordance with our Privacy Policy and Terms of Service

La Pologne et la Hongrie ne doivent pas soutenir l'avortement

Madame, Monsieur, 

Nous demandons à la délégation hongroise et polonaise d’adhérer aux dispositions de la Loi fondamentale de la Hongrie concernant la protection des fœtus dès la conception, et de voter à l’Assemblée générale de l’ONU le 2 septembre 2022 contre l’adoption de la résolution notée au point 133 de l’ordre du jour. Cette décision, qui représenterait l’étape suivante dans l’introduction internationale de l’avortement en tant que droit humain, est également inacceptable du point de vue de la Loi fondamentale de la Hongrie et de sa politique favorable à la famille.

1. L’avortement sans risque n’existe pas. Dans chaque avortement, un être humain innocent et en développement est tué. Tous les avortements ont de graves conséquences psychologiques, ainsi que de nombreux risques pour la santé de la mère.

2. Le concept d’« avortement sans risque » n’est pas accepté au niveau international. Au cours de la dernière décennie, il a été rejeté par les États membres lors de nombreuses autres négociations de résolutions. L’avortement est une question politique très débattue dans le monde entier. Selon le consensus des Nations unies, l’avortement relève de la compétence des États membres et n’a jamais été un droit de l’homme.

3. Promouvoir l’accès à l’avortement en tant que droit de l’homme remettrait en cause le consensus de l’Assemblée générale, déterminé lors de la Conférence internationale sur la population et le développement qui s’est tenue au Caire en 1994 (CIPD 8.25), selon lequel l’avortement doit être décidé dans la législation nationale sans interférence extérieure, les gouvernements et ils doivent aider les femmes à éviter l’avortement et assurer le bien-être des mères et de leurs enfants avant et après la naissance.

4. S’il n’est pas possible d’empêcher l’avortement de faire partie de la réponse de l’ONU à la violence sexuelle, alors la CIPD 8.25 devrait être inscrite dans le texte. les avertissements contenus dans le point C’est la seule façon de garantir le respect des résolutions précédentes de l’Assemblée générale.

5. Il existe un effort délibéré pour mandater l’ensemble du système de l’ONU afin de promouvoir les politiques LGBTQ dans les pays par le biais du concept de « violence fondée sur le genre ». Ce terme inclut « l’orientation sexuelle et l’identité de genre » à l’ONU. Les délégations libérales occidentales ont l’intention d’utiliser les victimes de violences sexuelles pour promouvoir l’avortement et les droits LGBTQ.

Par conséquent, veuillez rejeter la résolution du 2 septembre ! 

Je vous prie d'agréer, l'expression de ma très haute considération

[Your Name]

La Pologne et la Hongrie ne doivent pas soutenir l'avortement

Madame, Monsieur, 

Nous demandons à la délégation hongroise et polonaise d’adhérer aux dispositions de la Loi fondamentale de la Hongrie concernant la protection des fœtus dès la conception, et de voter à l’Assemblée générale de l’ONU le 2 septembre 2022 contre l’adoption de la résolution notée au point 133 de l’ordre du jour. Cette décision, qui représenterait l’étape suivante dans l’introduction internationale de l’avortement en tant que droit humain, est également inacceptable du point de vue de la Loi fondamentale de la Hongrie et de sa politique favorable à la famille.

1. L’avortement sans risque n’existe pas. Dans chaque avortement, un être humain innocent et en développement est tué. Tous les avortements ont de graves conséquences psychologiques, ainsi que de nombreux risques pour la santé de la mère.

2. Le concept d’« avortement sans risque » n’est pas accepté au niveau international. Au cours de la dernière décennie, il a été rejeté par les États membres lors de nombreuses autres négociations de résolutions. L’avortement est une question politique très débattue dans le monde entier. Selon le consensus des Nations unies, l’avortement relève de la compétence des États membres et n’a jamais été un droit de l’homme.

3. Promouvoir l’accès à l’avortement en tant que droit de l’homme remettrait en cause le consensus de l’Assemblée générale, déterminé lors de la Conférence internationale sur la population et le développement qui s’est tenue au Caire en 1994 (CIPD 8.25), selon lequel l’avortement doit être décidé dans la législation nationale sans interférence extérieure, les gouvernements et ils doivent aider les femmes à éviter l’avortement et assurer le bien-être des mères et de leurs enfants avant et après la naissance.

4. S’il n’est pas possible d’empêcher l’avortement de faire partie de la réponse de l’ONU à la violence sexuelle, alors la CIPD 8.25 devrait être inscrite dans le texte. les avertissements contenus dans le point C’est la seule façon de garantir le respect des résolutions précédentes de l’Assemblée générale.

5. Il existe un effort délibéré pour mandater l’ensemble du système de l’ONU afin de promouvoir les politiques LGBTQ dans les pays par le biais du concept de « violence fondée sur le genre ». Ce terme inclut « l’orientation sexuelle et l’identité de genre » à l’ONU. Les délégations libérales occidentales ont l’intention d’utiliser les victimes de violences sexuelles pour promouvoir l’avortement et les droits LGBTQ.

Par conséquent, veuillez rejeter la résolution du 2 septembre ! 

Je vous prie d'agréer, l'expression de ma très haute considération

[Your Name]