Reconnaître le droit inaliénable de tout enfant au respect de sa filiation biologique

Pétition à l’attention de: Les candidats aux élections présidentielle et législatives et les fondateurs du mouvement social de 2013

 

Reconnaître le droit inaliénable de tout enfant au respect de sa filiation biologique

010.000
  9.315
 
9.315 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 10.000 signatures.

Reconnaître le droit inaliénable de tout enfant au respect de sa filiation biologique

Depuis le 17 mai 2013 en France, le principe de la filiation de l'enfant n'est plus celui de la naissance biologique. Les géniteurs ne sont plus exclusivement les parents de l'enfant, mais ceux-ci peuvent être ses éducateurs, effaçant alors l'identité et l'existence d'un ou des deux géniteurs homme et femme, anonymisés et placés dans un "dossier d'engendrement" par un mode de procréation technique et marchand (PMA/GPA).

L'acte de naissance modifié par la loi Taubira indifférencie, devant la procréation, trois types de couples, parmi lesquels, à la différence du couple homme-femme, le couple d'hommes et le couple de femmes ne peuvent biologiquement donner la vie entre eux.
(Consultez l'acte de naissance modifié via le lien suivant :  https://docs.google.com/document/d/1Ys1kcy1OnvyFxsUn4GFwBP12pT16cJOV0X1u...)

Si cet état de fait ne doit pas être un motif de discrimination sociale, cette reconnaissance d'une "stérilité sociale" dans l'acte de naissance de l'enfant sera, sans réaction appropriée de votre part, compensée dès 2017 par la légalisation de la PMA anonyme, en attendant son extension à la GPA.

Or changer le mode de reproduction biologique d'une espèce change l'espèce elle-même. En l'occurrence notre Humanité, dans sa forme la plus fragile et donc la plus digne, celle de l'enfant. Comme les personnes, la naissance n'est pas interchangeable, elle est fondatrice de l'identité et de la dignité de chacun. Et elle appartient d'abord à l'enfant.

Ce sujet occulté dans le débat public est l'enjeu majeur et non-dit des prochaines élections primaires, présidentielle et législatives.

A leur approche nous appelons les candidats ainsi que les fondateurs du mouvement citoyen de 2013 à rouvrir le débat de façon juste et sereine pour que le principe exclusif de la filiation biologique soit rétabli, dans toutes les "formes" de familles.

Son acte de naissance appartient à l'enfant : rendons-le lui !

Le Cri de l’Enfant
Collectif pour le respect de la filiation biologique universelle, intérêt supérieur de l’enfant

Christophe de L’Eprevier, père de famille,  Arnaut Menonville, cofondateur d’Homovox, Gabriel Rouquerol, étudiant,  Dominique Marcilhacy, porte-parole de l’Union des Familles en Europe, membre de Famille et République, Stéphane Duté,Alain et Mélissa Michel, élus LR au comité 1ère circonscription de Toulon, jean Marc Veyron La Croix, viticulteur, David van Hemelryck, Hollande Dégage !, Renaud Lécuyer, père de famille, François Rose, philosophe, Clément Borioli, ex porte-parole LMPT et LAVT, Jean-Luc Albert, élu LR au comité de circonscription de Toulon, Marie Hélène Albert, adhérents Sens Commun 83,  Annick Le Ridant, militante des droits de la femme,  Tristan de Carné, adhérent Sens Commun Paris, Nathalie de Williencourt, fondatrice d’Homovox.

Cette pétition a été créée par un citoyen ou une association qui n'est pas affilié(e) à CitizenGO. CitizenGO n'est donc pas responsable de son contenu.
+ Letter to:

Signez cette pétition maintenant!

 
Please enter your email
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your country
Please enter your zip code
Merci de choisir une option:

Pétition à l’attention de: Les candidats aux élections présidentielles

Tous nés d’un homme et d’une femme dans nos diversités

Appel au respect de l’enfant et du droit à sa filiation paternelle et maternelle, dans toutes les formes de familles

Nous, citoyens marcheurs de 2013, aujourd’hui citoyens électeurs pour la présidentielle et les législatives de 2017,

appelons la Nation à reconnaître comme principe essentiel de notre République que la transmission de la vie humaine est indissociable de la complémentarité biologique de l’homme et de la femme. Elle est de ce fait condition première du respect de l’identité et de la dignité de toute personne humaine et de l’intérêt supérieur de l’enfant à connaître ses géniteurs homme et femme qui sont ses parents naturels.

Appelons la Nation à poser ce principe de filiation reposant sur la naissance biologique en droit inaliénable de tout être humain par l’inscription, dans la constitution, du droit fondamental au respect de la filiation biologique de l’enfant.

Appelons tous les candidats à la présidentielle comme aux législatives de 2017 qui disent combattre la PMA anonyme et la GPA à s’engager à restaurer la filiation biologique de l’enfant dans son acte de naissance. Il s’agit de restaurer les mentions des géniteurs paternel et maternel par la suppression d’une filiation effaçant les géniteurs au profit des éducateurs.Ce principe d’une adoption filiativedes éducateurs effaçant les géniteurs, institué par la loi du 17 mai 2013 de “mariage pour tous” est le bouleversement fondamental pour l’enfant et son mode de naissance, comme pour toute l’Humanité.

Ce nouveau principe de filiation remplaçant la naissance par l’éducation nécessite la légalisation des modes de procréation marchands, les PMA anonyme et GPA, enjeu majeur des prochaines élections présidentielles.

Devant la gravité de ce bouleversement, nous appelons en conscience tous les candidats à revenir au principe de filiation reposant sur la naissance biologique  par des dispositions cohérentes et protectrices de l’enfant, et ce, dans toutes les formes de familles l’élevant :

pour les couples de sexes différents, par la restriction de l’adoption filiative – adoption plénière – aux seuls enfants nés et ayant perdu leurs deux parents biologiques par décès, par abandon ou par destitution de l’autorité parentale. Cette restriction fait barrage à l’institutionnalisation de la PMA anonyme et de la GPA.

pour les couples de même sexe, par le remplacement de l’art. 6-1 sur l’adoption filiative – adoption plénière – par un statut de conjoint éducateur (mandat d’éducation de la loi Autorité Parentale et Intérêt de l’Enfant (APIE)) dont les droits conjugaux et patrimoniaux, égaux à ceux du mariage, seront préservés dans un statut d’union civile avec le parent biologique de l’enfant. Seul ce statut alternatif sans “filiation d’éducation” fait barrage à l’inversion du principe filiatif instituant les adultes éducateurs comme parents à la place des biologiques.C’est la mesure fondamentale du barrage à l’institutionnalisation de la PMA anonyme et de la GPA.

pour toutes les personnes seules, par la suppression de l’adoption filiative – adoption plénière – par des célibataires. Cette suppression fait barrage à l’institutionnalisation de la PMA anonyme et de la GPA.

Devant la gravité de ce bouleversement, nous appelons tous les co-fondateurs du mouvement de 2013 à accepter de débattre de ce statut alternatif du couple homosexuel préservant la filiation biologique de l’enfant dans un rassemblement régénéré, visible et respectueux de la liberté d’expression des porte-parole et des citoyens qui le soutiennent.

Ce débat mené dans la sérénité et le respect mutuel est le seul moyen de reconstituer une majorité électorale à même de convaincre les candidats éligibles à droite d’inscrire dans leur programme notre demande de restauration du principe universel de filiation biologique. Et de légiférer à bon escient une fois élus.

Nos soutiens de campagne comme nos votes aux primaires et aux deux tours de la présidentielle et des législatives iront aux mouvements, partis et candidats qui auront entendu cet appel et se seront engagés à y donner suite dans leurs manifestations, réunions, consultations, programmes et documents officiels de campagne.

[Votre Nom]

Reconnaître le droit inaliénable de tout enfant au respect de sa filiation biologique

Signez cette pétition maintenant!

010.000
  9.315
 
9.315 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 10.000 signatures.