ONU : arrêtez de corrompre nos enfants, défendez les droits des femmes !

A l'attention de l'Ambassadeur de France à l'ONU

 

ONU : arrêtez de corrompre nos enfants, défendez les droits des femmes !

ONU : arrêtez de corrompre nos enfants, défendez les droits des femmes !

0500.000
  201.942
 
201.942 signé. Atteignons 500.000!

Les Nations unies s’apprêtent à convoquer la 67e session annuelle de la Commission de la condition de la femme (CCF), du 6 au 17 mars, et l’appel à lutter contre l’agenda radical que l’ONU propose est plus crucial que jamais.

L’ONU est carrément contre nous… parce que nous prêchons la vérité ! Ils savent que ce que nous disons est juste… qu’il n’existe aucun droit de mettre fin à une vie innocente, que les garçons ne peuvent pas être des filles et que les filles ne peuvent pas être des garçons, que les hommes et les femmes sont définis par leur biologie, et non par une idéologie inventée… toutes ces choses qui offensent si violemment les institutions de la gauche radicale.

Alors que font-ils ? Ils essaient de nous interdire, de nous faire taire, de nous censurer, et nous ont même traités de « terroristes » !

Ils ont conspiré pour s’assurer que le seul récit entendu est celui qui soutient les avortements illimités et propage la propagande radicale des LGBT.

Nous sommes sur le point d’affronter une bataille capitale. Et c’est pourquoi nous avons besoin de votre aide dans ce combat opérationnel à venir de l’intérieur.

Ce mois-ci, l’ONU s’apprête à convoquer la Commission sur le statut des femmes (CSW) et l’appel à lutter contre leur radicalisme et leurs attaques contre la famille et la vie est plus crucial que jamais.

Dans le projet de document de négociation que nous avons soigneusement évalué à CitizenGO, la Commission suggère de promouvoir l’avortement, la sexualisation des enfants, l’idéologie du genre.

L’ONU cherche à faire progresser ce que l’on appelle « l’éducation sexuelle complète » ou ESC, qui vise à endoctriner les enfants avec des contenus immoraux, y compris la sexualisation explicite, la propagande LGBT et les mensonges sur ce qui définit un homme et une femme.

Entre autres choses, l’éducation sexuelle complète approuve même des pratiques telles que l’enseignement de la masturbation aux enfants de 4 ans, l’idéologie du genre, ainsi que l’initiation sexuelle précoce… Tout celà est préjudiciable aux enfants et aux jeunes.

Dès l’âge de quatre ans, le guide propose d’enseigner aux enfants que le genre est une construction sociale et de leur apprendre à « apprécier leur propre identité de genre et à faire preuve de respect pour l’identité de genre des autres » dès l’âge de neuf ans.

Parmi les objectifs du CSE figurent également l’incitation des enfants à valoriser différents types de « familles non traditionnelles » et l’accent mis sur les « droits des LGBT ». L’UNESCO ne cache pas que son approche est « fondée sur des preuves ».

La voix pro-famille est malmenée, et il est temps de la défendre !

Signez cette pétition pour demander à l’Ambassadeur de France à l’ONU de supprimer les paragraphes qui reconnaissent l’avortement comme un droit et qui encouragent la sexualisation des enfants, déguisée en « éducation sexuelle complète » (ESG).

Ainsi, avec votre aide, notre objectif à CitizenGO lors de la prochaine CSW est clair. Nous travaillons sans relâche aux côtés d’autres groupes pro-vie et pro-famille pour influencer la résolution finale de la Commission.

L’approche actuelle de l’éducation sexuelle à l’échelle de l’Agence des Nations Unies est un danger évident pour les enfants ! Nous savons à quel point il est important de combattre chaque paragraphe du projet de document qui présente des dangers aussi odieux pour nos enfants.

Il est essentiel de ne pas laisser cela se produire !

Nous savons que tout ce qui est adopté à cette Commission de l’ONU peut facilement servir de base aux agents mondialistes pour étendre l’idéologie du genre, la sexualisation des enfants et le programme d’avortement dans le monde. Nous savons à quel point il est important de combattre chaque paragraphe du projet de document.

Références :

Site de la Commission de la condition de la femme 2023 :

https://www.unwomen.org/en/csw/csw67-2023

Le président de l’ONU appelle à l’introduction de l’éducation sexuelle dans les écoles (The Nation)

https://thenationonlineng.net/un-chair-calls-for-introduction-of-sex-education-in-schools/

Éducation sexuelle complète

https://www.comprehensivesexualityeducation.org/cse-news-page/b

0500.000
  201.942
 
201.942 signé. Atteignons 500.000!

Complétez votre signature

Signez cette pétition maintenant!

 
Please enter your email
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your country
Please enter your zip code
Merci de choisir une option:
We process your information in accordance with our Privacy Policy and Terms of Service

ONU : arrêtez de corrompre nos enfants, défendez les droits des femmes !

À l’attention de SE Nicolas de Rivière, ambassadeur de la France à l’ONU,

Monsieur l’Ambassadeur,

 

Alors que les négociations de la CSW 67 débutent le 6 mars 2023 aux Nations Unies à New York, je tiens à exprimer ma consternation et mon choc total face à l’agenda extrême du contenu du projet de conclusions.

Chaque année, lorsque la Commission de la condition de la femme a lieu, je m’attends toujours à ce que les véritables problèmes qui touchent les femmes dans le monde soient discutés. Il est toujours décevant de constater que c’est le contraire qui se produit.

Le projet de conclusions de cette année est loin d’aborder cette question. Au lieu de cela, le projet pousse à la sexualisation des enfants par le biais de la radicale « éducation sexuelle complète », de l’idéologie du genre et même de l’avortement.

Votre Excellence, par cette pétition, je vous demande de faire ce qui est juste, de parler pour les vraies femmes de l’ensemble des pays du monde. S’il vous plaît, rejetez l’éducation sexualisée de leurs enfants, le meurtre de leurs bébés par l’avortement, ou l’idéologie du genre.

Je vous implore de faire retirer du premier projet tous les termes relatifs à la santé et aux droits sexuels et reproductifs, à l’avortement, à la diversité sexuelle, à l’idéologie du genre et à « l’éducation sexuelle complète » — tels que repris dans les paragraphes 12, 13, (LGBT), 26 (CSE), 31 (SRHR), 39,1 (SOGI).

Veuillez faire en sorte que les bonnes priorités telles que la santé, l’eau potable, l’éducation, les infrastructures et l’emploi pour les femmes figurent en tête de l’ordre du jour des conclusions.

 

Je vous prie d’agréer, Excellence, l’expression de ma très haute considération.

[Votre Nom]

ONU : arrêtez de corrompre nos enfants, défendez les droits des femmes !

À l’attention de SE Nicolas de Rivière, ambassadeur de la France à l’ONU,

Monsieur l’Ambassadeur,

 

Alors que les négociations de la CSW 67 débutent le 6 mars 2023 aux Nations Unies à New York, je tiens à exprimer ma consternation et mon choc total face à l’agenda extrême du contenu du projet de conclusions.

Chaque année, lorsque la Commission de la condition de la femme a lieu, je m’attends toujours à ce que les véritables problèmes qui touchent les femmes dans le monde soient discutés. Il est toujours décevant de constater que c’est le contraire qui se produit.

Le projet de conclusions de cette année est loin d’aborder cette question. Au lieu de cela, le projet pousse à la sexualisation des enfants par le biais de la radicale « éducation sexuelle complète », de l’idéologie du genre et même de l’avortement.

Votre Excellence, par cette pétition, je vous demande de faire ce qui est juste, de parler pour les vraies femmes de l’ensemble des pays du monde. S’il vous plaît, rejetez l’éducation sexualisée de leurs enfants, le meurtre de leurs bébés par l’avortement, ou l’idéologie du genre.

Je vous implore de faire retirer du premier projet tous les termes relatifs à la santé et aux droits sexuels et reproductifs, à l’avortement, à la diversité sexuelle, à l’idéologie du genre et à « l’éducation sexuelle complète » — tels que repris dans les paragraphes 12, 13, (LGBT), 26 (CSE), 31 (SRHR), 39,1 (SOGI).

Veuillez faire en sorte que les bonnes priorités telles que la santé, l’eau potable, l’éducation, les infrastructures et l’emploi pour les femmes figurent en tête de l’ordre du jour des conclusions.

 

Je vous prie d’agréer, Excellence, l’expression de ma très haute considération.

[Votre Nom]