La prière n'est pas un crime

Pensée n'est pas illégale

 

La prière n'est pas un crime

La prière n'est pas un crime

0100.000
  54.286
 
54.286 signé. Atteignons 100.000!

Isabel Vaughan-Spruce, directrice de March for Life UK et bénévole depuis de nombreuses années dans l’accompagnement des femmes en situation de grossesse difficile, a été arrêtée de manière humiliante et inculpée de quatre chefs d’accusation pour s’être tenue silencieusement dans la rue et avoir prié.

Isabel se tenait silencieusement dans une zone « protégée » par une ordonnance de protection de l’espace public en raison de sa proximité avec un centre d’avortement. Elle ne portait aucun signe ou symbole religieux et n’exprimait aucune opinion sur l’avortement (activités interdites dans la zone) ; elle se tenait simplement en silence et en contemplation.

Non seulement Mme Vaughan-Spruce n’exprimait pas d’opinion sur l’avortement, mais elle avait également pris des mesures pour s’assurer qu’elle ne pouvait pas être perçue comme harcelante ou intimidant les utilisateurs ou le personnel du centre d’avortement en n’entrant dans la zone que lorsque celle-ci était fermée.

Isabel a été fouillée, arrêtée, placée dans une cellule de prison, interrogée puis inculpée, tout cela à cause de ce qu’elle aurait pu penser. Lorsqu’on lui a présenté des photos d’elle debout en silence dans la zone, on a demandé à Isabel si elle priait et elle a répondu qu’elle ne savait pas, qu’elle priait peut-être, ou qu’elle était peut-être distraite et pensait à ce qu’elle pourrait déjeuner.

Il est absolument insensé que quelqu’un soit poursuivi au pénal pour ce à quoi il a pu penser, surtout lorsque ces pensées sont totalement pacifiques et ne représentent aucune menace.

Tout aussi choquant, la police a tenté de restreindre davantage les libertés religieuses d’Isabel en l’empêchant de contacter un prêtre catholique local qui est également impliqué dans le travail pro-vie, une restriction qui a été abandonnée par la suite, mais il lui est également interdit de prendre part à toute autre forme de prière publique pour « prévenir d’autres infractions ». En d’autres termes, au cas où la présence d’Isabel encouragerait d’autres personnes à avoir de mauvaises pensées en public.

Isabel est une femme responsable et tolérante, mais elle a été traitée comme une criminelle violente.

Nous ne devons pas permettre au crime de pensée d’entrer dans les livres de loi par la porte de derrière. La situation d’Isabel montre comment les zones de censure, aussi bien intentionnées soient-elles, portent atteinte aux libertés civiles et aux droits humains fondamentaux.

Signez pour demander que Suella Braverman intervienne personnellement et que toutes les charges contre Isabel Vaughan-Spruce soient abandonnées.

0100.000
  54.286
 
54.286 signé. Atteignons 100.000!

Complétez votre signature

Signez cette pétition maintenant!

 
Please enter your email
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your country
Please enter your zip code
Merci de choisir une option:
We process your information in accordance with our Privacy Policy and Terms of Service

Prier n'est pas un crime

Madame la Ministre,

Isabel Vaughan-Spruce, employée d’une association caritative, a été arrêtée et inculpée de quatre chefs d’accusation pour s’être tenue silencieusement dans la rue et avoir prié dans une zone proche d’un centre d’avortement.

Isabel ne professait aucune opinion sur l’avortement, n’affichait aucun signe et ne harcelait personne.

La police de Birmingham a décidé d’arrêter Isabel après qu’un spectateur se soit plaint qu’elle était peut-être en train de prier en silence, et elle a été interrogée pour savoir si c’était le cas ou non.

Il s’agit d’une atteinte effroyable aux libertés civiles. Personne ne devrait être arrêté ou poursuivi en pénal pour avoir exercé ses droits protégés par la Constitution.

Je vous demande d’intervenir et d’exiger l’abandon de toutes les charges retenues contre Isabel Vaughan-Spruce, ainsi que de réexaminer les ordonnances de protection de l’espace public près des centres d’avortement qui ont conduit à cette situation scandaleuse.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes sentiments distingués,

[Votre Nom]

Prier n'est pas un crime

Madame la Ministre,

Isabel Vaughan-Spruce, employée d’une association caritative, a été arrêtée et inculpée de quatre chefs d’accusation pour s’être tenue silencieusement dans la rue et avoir prié dans une zone proche d’un centre d’avortement.

Isabel ne professait aucune opinion sur l’avortement, n’affichait aucun signe et ne harcelait personne.

La police de Birmingham a décidé d’arrêter Isabel après qu’un spectateur se soit plaint qu’elle était peut-être en train de prier en silence, et elle a été interrogée pour savoir si c’était le cas ou non.

Il s’agit d’une atteinte effroyable aux libertés civiles. Personne ne devrait être arrêté ou poursuivi en pénal pour avoir exercé ses droits protégés par la Constitution.

Je vous demande d’intervenir et d’exiger l’abandon de toutes les charges retenues contre Isabel Vaughan-Spruce, ainsi que de réexaminer les ordonnances de protection de l’espace public près des centres d’avortement qui ont conduit à cette situation scandaleuse.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes sentiments distingués,

[Votre Nom]